Posté par | Catégorie(s) : Trail.

STAGE VILLARD PHOTO GROUPE

7-11 mai 2014 : 3ème session du stage trail/course montagne à Villard de Lans proposé par Tonio aux coureurs de l’ALE.

Les deux précédentes avaient pas mal marqué les esprits… à tous points de vue, et pas uniquement côté sportif !

Bref, fallait pas traîner pour réserver sa place.

5 jours, 4 nuits en pension complète, à ne penser qu’à ses étirements, préparer son petit short, ses petites baskets, choisir parmi les séances du jour puis prendre son petit goûter et sa petite douche.

5 jours, 4 nuits à ne penser qu’à ça. Comme des gosses en colo. L’apéro en plus.

Une bulle dans le quotidien.

Comme a dit Claire : « On a l’impression d’être partis 15 jours ».

1er jour : mercredi 7 mai.

 Rdv 9h30 là haut. Il pleut que c’en est déprimant. Heureusement les prévisions sont plus qu’optimistes. Enfin ! Les années précédentes, c’était plutôt frisquet (et même tempête en 2012 avec 200 km/h de vent la première nuit !)

Juste le temps d’investir les chambres et tout le monde se retrouve pour un petit footing.

Dernières gouttes de pluie. Deux groupes. Un qui va bien vite pour un « petit footing » et l’autre plus peinard…

L’après midi, ça sent le déniv. On se rappelle des 3 montées au Col Vert de l’an dernier. Les troupes « trail » de 2014 sont plus un peu plus cassées en ce début de printemps. Nous faisons tous une fois la montée au col, certains regrimperont jusqu’à la cabane de Roybon.

Les premières séances de gainage et d’étirement sont sérieuses et très fréquentées.

Ca va pas durer. La concurrence de l’apéro deviendra impitoyable.

Mais bon, le premier soir c’est plutôt sage. Chacun s’inscrit pour aller voir l’ostéo. Certains avec de très bonnes raisons, certaines on se demande bien pourquoi (et dans quelle tenue on n’ose le dire ! Bref.)

Tout le monde va faire dodo pas trop tard.

2ème jour : jeudi 8 mai.

 Armistice ? Que dalle. On rempile. Pas de footing à jeun cette année avant le petit déj. En même temps, le seul point noir de ce stage fut le sommeil. Tout le monde ou presque dort mal. Surtout Gérard qui cumule les nuits… de 2-3 heures ! Du coup il est un peu dans le cirage les premiers mètres à la séance du matin.

Aujourd’hui : VMA à la piste de luge. Tonio et Jean-Marc font deux parcours. Le grand pour les rapides ; le petit pour les autres. Le temps que tout le monde comprenne les consignes (à peu près une demi-heure) et c’est parti…

Séance d’étirement animée par l’ostéo. Toutes les filles sont présentes. Comme quoi…

Après midi : magnifique sortie le long du vallon de la Fauge. Chacun ira selon sa forme et son envie. Un soleil incroyable, quelques uns montent jusqu’à « Côte 2000 ». Super ambiance.

Au retour, on sent que l’apéro, c’est comme le déniv cumulé : ça grimpe doucement mais sûrement. En plus tout le monde se dit que demain vendredi, c’est relâche, piscine, hammam, sauna…

3ème jour vendredi 9 mai.

 On se lève doucement. On ne s’inquiète pas pour la piscine. Primo parce que Pascale y connaît tout le monde à force d’y aller 12 fois par jour depuis mercredi « mouliner » avec sa bouée (plan alternatif de Tonio pour les « pieds cassés »). Secundo parce que Tonio a oublié sa pince à mesurer nos couches de gras bien accumulées cet hiver…

Sandy aurait bien voulu contrôler autre chose… mais bon, elle est rentrée à la maison, tant pis pour elle.

Toute la troupe à la pataugeoire (sauf un sociopathe – qu’on ne nommera pas ­- qui fait du lard en terrasse à Villard au soleil). Le maître nageur se prend plus la tête avec Gilou dans le toboggan que toute l’année avec les MJC de Grenoble.

Après midi : séance PPG à côté du city-stade. Il y a beaucoup de monde qui profite du week-end prolongé et ensoleillé dans les pelouses alentours. On n’est pas passés inaperçus. Séance pas si simple où on se dit que, comme le ridicule ne tue pas, on devrait survivre jusqu’à… ? Jusqu’à quoi ? Levez la main avant de répondre ? Oui, toi, mon petit au fond qui travaille chez Peugeot ?

–        Jusqu’à l’apéro !

C’est bien, y’en a un qui suit.

Apéro, donc, sur le grand balcon au coucher du soleil, en présence… d’un médecin du sport et d’une diététicienne ! On est bien passés pour des branques. Surtout avec les tranches énormes de saucisson qu’a coupées Sophie (et aussi un peu grâce aux bières que Gilou a servies à tout le monde et au petit blanc de Gérard).

Le soir : petite conf privée rien que pour nous avec le médecin et la diététicienne. Infos plutôt pertinentes et rassurantes, échanges intéressants.
Guy, au sortir de son régime sans gluten mémorable, a tout retenu ce qu’il voulait bien entendre : « Mangez ce que vous voulez ».

Il a juste oublié un détail : « mais en quantité raisonnable ».

4ème jour : samedi 10 mai

 Le samedi, il y a d’abord les 7 chanceux (oui, c’est peu) qui profitent d’une météo sublime pour aller vadrouiller jusqu’au col de l’Arc, le chemin Gobert puis le col Vert. Sortie où tout le monde a enfin la forme. Même Christophe arrête de pleurer, c’est dire.

Et il y a les punis qui font de la VMA avec Jean-Marc au stade de luge.

Et, encore pire, il y a le groupe des parias : eux ont le droit à la « Séance de la Mort ». Travail de côtes raides sur le chemin qui part du Pont de l’Amour vers Roybon. Claire fait partie de ce groupe commando.

La question est : qu’a-t-elle bien pu faire pour mériter tel châtiment ? Alors qu’elle aurait pu aller se « promener » avec les 7 veinards dans la montagne… Dieu (Tonio) seul le sait…

L’après midi, on nous propose un petit footing tranquillou en direction de Corrençon. Tonio regarde vaguement la carte « c’est bon c’est tout plat, au bout d’une ½ heure, vous faites demi-tour ».

On se retrouve sur le GR qui n’arrête pas de monter et descendre. Ce qui a le chic d’amuser certains (et certaines) d’entre nous : chacun envoie son petit taquet pour titiller (et exploser) tout le reste du groupe. Gilles F manque d’exploser à vouloir taquiner Sophie et Momo. On se retrouve avec des coureurs éparpillés partout sur le plateau, certaines ont même été jusqu’à Corrençon. Bref, pour une sortie pépère, c’est finalement le gros ouaille.

Arrive le dernier soir ! On a le droit à la boum traditionnelle ? Non (heureusement, Gilou aurait mis du Jeanne Mas). Mais par contre c’est raclette pour tout le monde !

Ah ! Enfin du gras à volonté après ces 4 jours intensifs (hum) !

Tonio se voit remettre un caleçon magnifique qu’il essaie devant tout le monde ! Enfants interdits.

Après manger on fait la revanche de la revanche de la revanche au Jungle Speed. Il y a une conspiration générale contre Christophe, on se demande bien pourquoi. Résultat c’est Pascale qui gagne à chaque fois (Non ? Elle a jamais gagné ? Ah pardon.)

Dernier dodo dans nos lits superposés de colo. La pluie est revenue pour la première fois depuis le début du stage à 5h du mat’ précises ce dimanche 11 au matin. Info capitale tenue de Gérard… qui enchaîne les insomnies.

5ème jour : dimanche 11 mai

Voilà, c’est le dernier jour, la quille. Il pleut. On change le programme. On devait aller au Gobert faire une dernière virée montagne. On se rabat finalement sur la montée de la Molière (direction Méaudre), un beau dernier raidar pour laisser des souvenirs à nos gambettes. Comme d’hab, le groupe finit par éclater en mille morceaux. Chacun rentre par des chemins différents jusqu’à la « colo ». Le repère visuel est la grande grue de chantier juste à côté que l’on voit de partout dans toute la vallée. Sophie se rappelle ses cours de géométrie de 5ème et sait donc que le chemin le plus court d’un point A à un point B c’est la ligne droite ; elle décide donc de tracer tout droit à travers les  champs. Avec les tonneaux de flotte qu’il tombe depuis cette nuit, c’est un vrai bonheur. Quelques cultivateurs ont dû apprécier notre travail de labour. De rien, les gars, ce fut un plaisir.

Dernier repas, on finit nos sacs,  il reste encore des bières (miracle !) dans le frigo…
Tonio nous fait un petit bilan individuel et général.

Comment conclure ? Laissons la parole à Guy (non, pas Bobby Poisson*, l’autre !) :

« Ce petit mot pour dire que  j’ai adoré ce stage, malheureux de vous quitter tant l’ambiance était bonne et j’ai plus mal aux abdos de rigolade que des séances de gainage. »

*Quoi ?! Vous ne connaissez pas la légende de Bobby Poisson ? Elle devrait finir par vous arriver aux oreilles !

https://drive.google.com/file/d/0ByKK7u58X__jbGF0QVR3ZHBaVTQ/edit?pli=1

 

 

Laissez une réponse